Etymologie

gaul. tann chêne

Définition Larousse:

  • Action de tanner les peaux
  • Ensemble des opérations que l’on fait subir à la peau épilée pour la transformer en peau tannée.

Bon on est pas bien avancé avec cela.

Pour faire simple, le tannage est un ensemble de procédés qui transforment la peau en cuir. Utilisation des tannins d’origine végétale ou minérale permet de transformer la peau qui est putrescible, en cuir qui est imputrescible.

Un peu d’histoire…

On retrouve les premières traces de cuir il y a environ 50 000 ans. Ce qui nous situe à l’époque de l’homme de Neandertal. L’homme étant chasseur, il utilisait les peaux des animaux pour confectionner des vêtements, des chaussures et aussi pour la construction des habitations.

A cette époque très lointaine, on ne peut pas affirmer avec certitude, quelles techniques étaient utilisées par l’homme. Les seuls indices dont on dispose actuellement sont des outils en os, des pointes, des grattoirs et des traces de dépeçage retrouvées sur des ossements animaux.

On utilise probablement l’enfumage pour conserver des peaux. Rudimentaire mais efficace, c’est le début du tannage. 

La peau devient imputrescible et garde ses poils, ce qui la rend très efficace comme isolant.

Il fallait attendre l’époque néolithique (-9 000) pour voir une réelle évolution des techniques: le tannage à l’huile. 

On sature les peaux de matière grasse (moelle osseuse ou cérébrale) pour créer des liaisons grasses stables. On obtient ainsi un cuir relativement imputrescible et bien plus souple qu’avec la technique précédente. C’est une technique qu’on utilise encore de nos jours.

Le premier vêtement en cuir commun à tous les peuples est le tablier, mis en pratique par les égyptiens.

La première tannerie découverte par les archéologues date de plus de 5 000 ans en haute Egypte. On retrouve également des traces d’utilisation artistique du cuir. Ce sont ces Egyptiens qui mettent en pratique et maitrisent parfaitement le processus du tannage végétal. Les techniques de graissage et celles de l’alun (début du tannage minéral) datent de cette époque là. Pour les civilisations de l’époque, le cuir est aussi précieux que l’or.

Ce sont les Grecs et des Romains qui ont véritablement industrialisé le tannage: trempage des peaux dans des cuves, différentes solutions tanniques, application de teintures. (On récolte même l’urine dans les toilettes publiques à Rome pour les tanneries.) 

L’an 700, les Sarrasins finalisent les techniques du premier tannage minéral, dit tannage à l’alun. On utilisera cette technique jusqu’à la fin du Moyen-Âge. Au détriment de sa résistance à l’eau le cuir devient quasiment aussi souple que le tissu. 

L’an 1840 marque un tournant radical dans les techniques. Le premier brevet est déposé par les industriels.

En 1855, le tannage minéral (au chrome) est largement adopté et industrialisé à grande échelle. Plus rapide donc forcement plus rentable, plus souple donc plus attrayant. Le monde de la chimie propose des solutions aux couleurs des peaux, au grain de la fleur,  et arrive à rendre les peaux totalement imputrescibles. 

Depuis, la quasi-totalité des ateliers familiaux ont disparu. Le tannage végétal est devenu rare et coûteux.

Depuis quelques années on peut néanmoins constater un retour de cette technique ancestrale qui nous offre une matière noble et durable. 

Le tannin

La décoction d’une substance astringente est un tannin.

On pourrait utiliser toutes les plantes qui en contiennent: le sumac, les écorces de chêne, de châtaignes, des mimosas, la noix d’arc, etc… . En Europe et notamment en France on utilise principalement les écorces du chêne réduites en poudre. « Tann » que veut dire chêne donne naissance aux mots: tannerie, tannage, tanneur.